LE JOURNAL DE L'ILE-DE-FRANCE – Janvier 2008

Les entreprises liées à l'écologie se développent. Les activités économiques liées à la préservation de l'environnement sont en plein essor, notamment en Ile-de-France. Le récent salon Pollutec à Villepinte a souligné l'importance de l'innovation dans ce secteur. Exemple avec l'idée lumineuse de la société SOLTYS, spécialiste de l'énergie solaire et de l'éclairage solaire.

En Afrique ou en Amérique du Sud, des vieillards s’abîment les yeux dans les lumières vacillantes des lampes à pétrole ; les nourrissons s’étouffent dans leurs fumées nocives. Pourtant, des sources d’électricité propres et bon marché existent. Il fallait y penser. Alexandre Chavanne a un déclic en 2003. Il travaille alors dans le domaine de l’éclairage et découvre les diodes électroluminescentes, ces composants électriques capables d’émettre une lumière stable avec très peu d’énergie. Il imagine de les relier à de petites batteries alimentées par des panneaux solaires portatifs. Une idée simple et facile à mettre en oeuvre : le brevet de la lampe solaire SOLTYS est déposé fin 2003. Et, début 2005, Alexandre Chavanne, 35 ans, lance sa petite entreprise, qu’il baptise SOLTYS. Près de trois ans après la création de sa société, il est optimiste : « L’attention accrue portée à l’environnement nous conforte et devrait nous orienter aussi vers la conception de bornes solaires, de projecteurs solaires et de lampadaires solaires ». C’est bien parti : fin novembre, à Villepinte, SOLTYS a eu les honneurs du salon Pollutec, l’un des plus importants du secteur. Car cette entreprise innovante illustre bien le dynamisme des éco-activités en Île-de-France. Un secteur qui représente 97 500 emplois. La majorité des éco-entreprises franciliennes travaillent dans la collecte et le traitement des eaux usées et des déchets. Mais l’avenir du domaine est ailleurs, dans l’approche préventive des risques écologiques, qui vise à réduire l’impact des activités humaines sur l’environnement. À l’image de SOLTYS dans le secteur de l'éclairage solaire, de belles idées éclosent ici et là en Île-de-France. Dans la construction, les entrepreneurs et les scientifiques imaginent des matériaux toujours plus propres, des sources d’énergie plus vertes. Ils conçoivent des systèmes de récupération des eaux de pluie, végétalisent les toits pour une meilleure isolation. La filière du recyclage des déchets cherche sans cesse des formes de valorisation : nos bouteilles en plastique usagées sont transformées en fibres textiles et nos boîtes de conserve en vélos ou en trottinettes ! « Ce marché de la prévention écologique possède un fort potentiel de 10 % de croissance par an, explique Dominique Sellier, de l’Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies. Il représente aujourd’hui 14 000 emplois en Île-de-France, et 50 000 en 2012, si l’on s’en donne les moyens. »

 

LA LETTRE DE L'ADEME – Octobre 2007

Avec SOLTYS, le photovoltaïque gagne en autonomie. Mon premier est une source d'énergie solaire, renouvelable et respectueuse de l'environnement. Mon deuxième est une LED, technologie d'éclairage de nouvelle génération, très économe en énergie. Mon tout est une lampe solaire puissante et robuste, facile à transporter et à utiliser dans des sites isolés ou non connectés au réseau électrique, développée par l'entreprise SOLTYS, avec l'aide de la région Ile-de-France et de l'Ademe. Une innovation lauréate du concours « Entreprise innovante et Développement durable » de la JCE 2005.

SOLTYS a conçu un système d'éclairage entièrement autonome, en associant trois éléments : un panneau solaire photovoltaïque compact à charge rapide, des accumulateurs performants et recyclables, des LED combinant longévité et très faible consommation électrique. Chaque système est équipé de 10 LED alimentées par un panneau solaire, avec une autonomie pouvant atteindre 24 heures. L'investissement en recherche et développement a été financé en partie par l'Ademe, qui a accompagné l'entreprise lors de ses premiers développements : choix des technologies, ergonomie des produits, optimisation des coûts, réalisation des prototypes et essais sur le terrain. Plus particulièrement destinée aux secteurs du tourisme et des loisirs (camping, randonnée, montagne, éco-tourisme) ainsi qu'aux populations des pays en développement pour les zones n'ayant pas accès à l'électricité, la lampe solaire SOLTYS commence à trouver de nombreux débouchés, surtout à l'export. « Cette réalisation démontre que l'aide en amont peut aboutir à des produits d'éclairage solaire viables sur le marché » souligne Hervé Lefebvre, expert Ademe. « Au-delà du produit lui-même, le partenariat nous a permis d'enrichir notre connaissance des LED, des batteries et des cellules solaires. Idéales pour une lampe solaire portative, cles LED font aussi partie des solutions appelées à remplacer les ampoules à incandescence qui consomment énormément d'énergie. L'expérience acquise dans ce projet servira à l'Ademe à développer d'autres types d'utilisation.


LA LETTRE DU CRITTMECA – Juin 2006

La société SOLTYS a été créée en 2005 par Alexandre Chavanne, spécialiste du marché de l’éclairage, pour produire et commercialiser la lampe solaire SOLTYS dont il a eu l’idée en réfléchissant aux besoins des pays en voie de développement. La lampe elle-même exploite les capacités et la durabilité des nouvelles LED pour l’éclairage. Elle est alimentée par des batteries compactes qui se chargent grâce à un panneau solaire facile à installer et transporter. En s’appuyant sur le CRITTMECA, qui l’a conseillé tout au long du développement de son projet et l’a fait bénéficier des meilleurs partenariats à chaque étape, il est parvenu au stade de la pré-série qui lui permet de commencer à s’implanter sur le marché des loisirs et de l’environnement, tout en testant la validité du produit dans les PVD.

En 2003, alors qu’il travaille dans le secteur de l’éclairage, Alexandre Chavanne s’interroge sur la faisabilité d’un système d’éclairage efficace, autonome, vraiment fiable et peu coûteux pour une utilisation en plein air.

Les besoins des PVD Intéressé par les questions d’aide internationale, il pense que les propositions actuelles, basées sur des lampes fluorescentes, n’ont pas fait leurs preuves par rapport aux besoins des pays en voie de développement. L’opportunité technique apparaît avec le développement des LED pour l’éclairage. L’idée d’un ensemble basé sur une chaîne LED- batterie NiMH - panneaux solaires, lui paraît alors toute naturelle. Dans un premier temps, il réfléchit et réalise personnellement les premières études et les premiers prototypes de ce qui sera la lampe solaire SOLTYS. Il pense ainsi à un dispositif optique particulier, capable d’éclairer au choix sur le mode torche (directif) ou sur le mode lanterne (diffusant), simplement en tournant le réflecteur. « Cela rend le produit plus fonctionnel qu’une lampe-torche » , explique-t-il. En 2003, il rencontre un conseiller technologique du CRITTMECAqui trouve l’idée intéressante et l’encourage à poursuivre son projet.

Faire les bons choix « J’ai vraiment apprécié l’accompagnement du CRITTMECA tout au long du projet, déclare-t-il. Il m’a aidé à faire les bons choix à chaque étape et m’a orienté vers les bons prestataires. Pendant un peu plus d’un an, Alexandre Chavanne, alors salarié dans l'éclairage, travaille son idée régulièrement. La lampe solaire SOLTYS est brevetée en décembre 2003 avec l’aide du cabinet NONY& ASSOCIÉS. Ensuite, le LYCÉE DIDEROT et le bureau de design IN VOLUMIS apportent leur savoir-faire pour la mise au point du produit grâce à un premier PCT, puis réalisent un prototype grâce à un second PCT. Intervient alors une étape lourde avec la SERAM, IDLYS et MECACEL, qui réalisent l’étude industrielle définitive sous ses angles mécaniques et électronique. L’ARIPA prend en charge la dernière étape technique avant le lancement commercial et industriel, la réalisation des moules de pré-série. « Le concept n’a pas beaucoup changé depuis l’idée de départ, commente Alexandre Chavanne, mais l’apport de chaque intervenant à permis d’améliorer la conception et les performances du produit à chaque étape».

Un important travail de coordination « Les travaux réalisés se sont bien déroulés, il a tout de même fallu accomplir un important travail de coordination et de suivi. Techniquement, c’est là que tout s’est joué ». MICROPLAST, entreprise qui appartient au réseau MÉCATRONIQUE, se montre très intéressée par le projet et souhaite prendre une part active à son industrialisation, au-delà de la pré-série dont elle est responsable. « Ils se sont révélés particulièrement disponibles et constructifs tout au long du projet », souligne Alexandre Chavanne. Côté développement commercial, Alexandre Chavanne avance en terrain connu. Il a donc réalisé une grande partie du travail lui-même, mais a demandé en septembre 2005 à l’ISTEC de réaliser une étude de marché sur les applications loisirs et tourisme en France. Si la lampe solaire SOLTYSrépond bien aux exigences techniques des PVD, elle peut a fortiori intéresser les amateurs de plein air, qu’il s’agisse de soirées tranquilles dans le jardin ou de randonnée pure et dure, en passant par les terrains de camping et les camps de vacances. Comme le marché des loisirs et de l’environnement en France est plus facilement accessible que celui des PVD, c’est celui qui doit être investi en premier, afin de viabiliser l’action. « Les parcs naturels, l’UCPA, l’ONF, se sont montrés très intéressés par des solutions d'éclairages solaires et des essais devraient avoir lieu rapidement », commente Alexandre Chavanne.

La pertinence du projet PVD «Le projet PVD garde toute sa pertinence souligne-t-il. C’est une solution beaucoup moins onéreuse que les solutions solaires habituelles et l’augmentation des prix du pétrole accroît son intérêt en réduisant les dépenses des populations ». Plusieurs ONG ont été contactées, car ce sont souvent elles qui relaient les programmes. L’une d’entre elles a commandé dix équipements pour les tester sur le terrain à Madagascar. Depuis avril 2006, la présérie fait l’objet d’une commercialisation en direct, basée sur des prises de rendez-vous et via le site Internet de l’entreprise. L’industrialisation définitive impliquera, elle, une démarche commerciale plus lourde, pour lequel un système de distribution devra être mis en place.


Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

SOLTYS énergie solaire